L’île Carpenter de Rafael Fonteriz et Christophe Bec

23 juin 2015 § Poster un commentaire

le-meilleur-job-du-monde

Résumé

Île paradisiaque cherche gardien. Salaire 150 000 dollars. Prévoir crème solaire… C’est le « meilleur job au monde », qu’a proposé l’État australien du Queensland en 2009, dans le cadre d’une campagne de promotion touristique. Parmi plusieurs dizaines de milliers de candidats, c’est Doug Ellis, jeune trader londonien, qui a remporté le meilleur job du monde ! Il sera le gardien d’une île déserte au large de l’Australie, dans une villa tout confort ! Tout semble idyllique, quoique certains détails commencent peu à peu à intriguer Doug, comme cette étrange croix plantée sous un arbre dans le jardin, ces mystérieuses cicatrices arborées par la propriétaire des lieux, ou encore cette pièce dans laquelle on lui a formellement interdit d’entrer… Explorant sa prison, allant de découvertes en découvertes, le rêve de Doug va bientôt tourner au cauchemar : il va peu à peu comprendre ce qu’est réellement ce lieu… Pourquoi il est là. Pourquoi il a été choisi. Pourquoi il est seul. Mais est-il vraiment seul ?

Mon avis

Ok, se faire payer 150 000 dollars vaut le coût de postuler pour ce job, mais il faudrait peut être mieux se méfier de ce genre de proposition…Car ce qui aurait pu passer pour six mois de rêve va tourner au vinaigre et devenir des plus angoissants. Une bonne BD à lire si vous partez sur une île paradisiaque pour les vacances !!

Publicités

Tagué :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’île Carpenter de Rafael Fonteriz et Christophe Bec à Ce soir j'ai envie de.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :