Les enfants du Bronx d’Adrian Nicole LeBlanc

25 juillet 2016 § Poster un commentaire

enfants_du_bronx

Résumé

Jeune reporter de 25 ans, Adrian Nicole LeBlanc s’est immergée dans le ghetto du Bronx pour enquêter sur la vie d’un dealer portoricain surnommé Boy George. Sur les lieux de l’action, Adrian Nicole LeBlanc rencontre Jessica, la petite amie du dealer, et Coco, la belle-soeur de Jessica, des filles hautes en couleur avec lesquelles elle se lie d’amitié. A travers le destin croisé de ces deux amies, sur fond de sexe, de drogue et de musique latino, elle nous livre la chronique inédite de la vie d’une famille peu ordinaire qu’elle finira par côtoyer pendant douze ans. En devenant l’une des leurs, la journaliste nous plonge dans la réalité sans fard du ghetto. Bouleversant, Les Enfants du Bronx est l’alliance inédite d’un reportage sans concession mêlé à une grande saga familiale. Ce récit exaltant, unanimement considéré comme l’un des meilleurs livres de « narrative non fiction » jamais écrits, publié à l’Olivier en 2005, est réédité dans la collection Replay, augmenté d’une préface inédite de Florence Aubenas.

Mon avis

Je vous invite à plonger les yeux fermés dans ce roman extrêmement fort. Dès le début, l’auteur nous entraîne à la suite des habitants d’un quartier du Bronx, impossible de refermer le livre tant qu’on est à la fin. Et en même temps il fait parti de ce genre de livre qu’on ne veut jamais terminer et qu’on aimerait pouvoir redécouvrir encore et encore. Les personnages sont attachants, on rentre dans leur intimité sans se sentir voyeur un seul instant, on vibre à leur côté.

La colline aux esclaves de Kathleen Grissom

11 juillet 2016 § Poster un commentaire

la_colline_aux_esclaves_Kathleen_Grissom

Résumé

États-Unis, 1791. Lavinia, jeune orpheline irlandaise, se retrouve domestique dans une plantation de tabac. Placée avec les esclaves noirs de la cuisine, sous la protection de Belle, la fille illégitime du maître, elle grandit dans la tendresse de cette nouvelle famille.
Cependant, Lavinia ne peut faire oublier la blancheur de sa peau : elle pénètre peu à peu dans l’univers de la grande maison et côtoie deux mondes que tout oppose. Jusqu’au jour où une histoire d’amour fait tout basculer… Le petit monde de la plantation est mis à feu et à sang, de dangereuses vérités sont dévoilées, des vies sont menacées…

Mon avis

Magnifique roman, émouvant sur la conditions des esclaves à l’époque des plantations de tabac aux Etats-Unis. Très dur mais en même temps tellement réaliste. Une très belle découverte, je le recommande vivement !!
Un tout petit bémol, il met un petit peu de temps à démarrer mais dès que c’est fait, impossible de le lâcher…

La cuisinière de Mary Beth Keane

27 juin 2016 § Poster un commentaire

La_cuisiniere_ Mary_Beth_Keane

Résumé

L’incroyable destin de celle que l’on surnomma  » La femme la plus dangereuse d’Amérique « .

Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s’intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu’on l’observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu’elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l’envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté…

Mon avis

Très bon roman historique sur la découverte en médecine des premiers cas de porteur sain. Il s’agit en l’occurrence de Mary qui transmet la typhoïde alors qu’elle même n’est pas malade. Adaptée d’une histoire vraie, Mary  va se retrouver être le sujet d’expériences exercées par le corps médical et enfermée contre son gré dans un hôpital afin de servir la science. Passionnant ! Et Révoltant. A la lecture de ce tome, je me suis souvent vue m’énerver contre les médecins, me disant de quel droit peuvent-ils la retenir contre son gré, sans l’informer de ce qui va lui arriver, l’obligeant à effectuer des tests.

 

N’embrassez pas qui vous voulez de Sandrine Revel et Marzena Sowa

13 juin 2015 § Poster un commentaire

N'embrassez pas qui vous voulez-Sowa-Revel

Résumé

Qu’un petit garçon essaie d’embrasser une petite fille, cela n’a normalement rien de dramatique. Et que la petite fille se dérobe et envoie balader son petit camarade, c’est suffisamment banal pour rester un épisode parmi tant d’autres dans les chroniques d’une enfance ordinaire. Mais si la scène se passe pendant la projection d’un film de propagande, à l’école, dans une République socialiste, bien des années avant que le Mur ne fasse mine de se fissurer, tous les ingrédients sont réunis pour que cela vire au drame… C’est ce que racontent Marzena Sowa et Sandrine Revel au fil de ce roman graphique humain et sensible. À travers l’histoire de ces deux enfants, c’est le mode de fonctionnement d’une société rongée par la paranoïa et l’obsession du contrôle qui est passé au crible. Une société où tous les gestes, même les plus infimes et les plus innocents de la vie quotidienne, peuvent vous plonger dans les pires ennuis, dès lors que la chaîne fatale de la surveillance, de la dénonciation et du chantage se met en marche.

Mon avis

Cette bande dessinée nous entraîne dans la Russie de Staline, avec ses interdits, sa paranoïa, ses obligations. Elle permet aux enfants d’aujourd’hui d’appréhender quelque peu ce que les enfants vivaient à cette époque. Petit bémol tout de même j’aurais aimé qu’elle soit un tout petit plus creusée.

Siam ou la femme qui tua un homme de Lily Tuck

12 mai 2015 § Poster un commentaire

Siam_ou_la_femme_qui_tua_un_homme-Lily-Tuck

Résumé

Claire, une jeune Bostonienne qui vient de se marier avec un militaire un peu plus âgé qu’elle, débarque avec lui à Bangkok le 9 mars 1967, le jour même où l’aviation américaine commence à bombarder le Nord-Viêtnam à partir de ses bases thaïlandaises. Coupée de son ancienne vie dans ce pays dont elle ne sait rien, elle rencontre bientôt Jim Thompson, un célèbre entrepreneur américain, fondateur de la Thai Silk Company. La disparition de Thompson, quelques semaines plus tard, donne lieu à de nombreuses spéculations, aussi contradictoires que perturbantes pour elle. Car Claire est tombée sous le charme de cet homme, dont la distinction, l’élégance, la culture tranchent avec son quotidien. Déstabilisée tout à la fois par les silences pesants de son mari – sur son activité, la situation géopolitique et la disparition de Thompson –, par un environnement violemment inhabituel et par une solitude plus subie que choisie, Claire devient la proie d’obsessions et d’inquiétudes qui, toutes, la ramènent vers Jim Thompson. À sa manière maladroite, inquiète, Claire, une héroïne de Joan Didion dans l’Orient de Graham Greene, se lance alors dans une sorte de quête naïve, éperdue, d’une vérité inaccessible. Basé sur un fait divers réel (Lily Tuck a connu Jim Thompson), moralement imprégné du désastre que représenta pour les États-Unis leur implication militaire en Asie du Sud-Est, Siam est le roman tranchant, tragique, élégant, d’une innocence perdue.

Mon avis

Ce livre est très étrange, très surprenant. Les chapitres sont découpés en de multiples paragraphes, chacun décrivant une action différentes réalisée par le personnage principal. L’auteure par ce biais nous entraîne à la découverte de la Thaïlande à l’époque de la guerre du Vietnam. Et cela fonctionne, je me suis bien projetée à Bangkok, dans son ambiance, sa culture, dans cette langueur, à cause de la chaleur omniprésente, qui ne lâche par l’héroïne. Ce qui m’a surprise, c’est que la mystérieuse disparition qui arrive dès le début du livre et qui devient une obsession pour Claire n’est pas du tout le centre du livre comme j’aurais pu le penser. Du coup je m’attendais à des rebondissements qui ne sont jamais venus et pour cause puisque ce n’est pas le sujet.

Marie de Loisel et Tripp

14 avril 2015 § Poster un commentaire

Magasin général-Loisel-Tripp

Bande dessinée en 9 volumes s’appelant Magasin Général

Résumé

L’histoire de « Magasin général » se déroule dans un village du Québec rural à partir du début des années 40. Elle gravite autour d’un personnage féminin, Marie, veuve avant l’heure et héritière du principal commerce local (le « Magasin général » qui donne son titre au récit), que l’irruption d’un étranger dans la petite communauté va progressivement réconcilier avec le bonheur ; bonheur d’aimer, bonheur d’être aimé(e), mais pas exactement de la manière que l’on pourrait imaginer…

Mon avis

Une bande dessinée toute en poésie qui nous entraîne à la connaissance de ce petit village perdu au fin fond du Québec. On découvre la vie de ces habitants, leur quotidien, leurs amours, leurs galères, leurs joies avec beaucoup de bonheur. Les illustrations sont magnifiques foisonnantes de détails très agréables à regarder. Les dialogues sont en québécois ce qui contribue à nous faire voyager.

Où suis-je ?

Catégorie Voyager sur Ce soir j'ai envie de.